Actualités

Magnoux 2011 dans Terre de Vins

1 janvier, 2016

Des schistes bruns, de l’altitude et un savoir-faire d’orfèvre composent ce nez envoûtant de cerises à l’eau-de-vie, tabac frais, noyau et musc. 70% de Syrah, 20 de mourvèdre, puis grenache sont ajustés dans un assemblage précis, harmonieux, épuré, juteux, désaltérant, raffiné, profond. Avec un tournedos, un faisan truffé sous la peau.

Terre de Vins nov/dec 2015

Faugérois : ils sèment de l’herbe pour des vignes plus vertes

26 novembre, 2015

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, était dans le Faugérois, ce mardi, pour visiter des viticulteurs qui enherbent leurs parcelles. Innovant et écologique.

« Nous sommes les enfants de générations qui ont toujours cru qu’une vigne bien entretenue était une vigne labourée, où aucune herbe ne dépassait. On descendait même de voiture, arracher les touffes qui survivaient. »

Cette pratique-là, quatre viticulteurs installés à Cabrerolles l’ont rangée bien au fond de leur hangar depuis longtemps. Frédéric Albaret, Antoine Rigaud, Boris Fiegel et Cédric Guy font même l’inverse : ils sèment de l’herbe dans leurs vignes, pour préserver la richesse du sol, sans le recours massif aux produits phytosanitaires et tout en garantissant un apport d’eau suffisant aux raisins. Une technique qui peut paraître farfelue, après des décennies de règne des herbicides, mais qui est encouragée par l’État et accompagnée scientifiquement. Continuez la lecture ici.

Midi Libre, le 25 novembre 2015

Domaine Saint Antonin Faugères Cazalet 2012, Rouge

12 octobre, 2015

Rouge Style sudiste affirmé : le nez oscille entre garrigue et tapenade, la bouche évoque un fruit très mûr. L’ensemble reste séduisant et généreux, bien dans l’esprit de Faugères.

 Guide Gault & Millau 2016

 

Domaine Saint Antonin – Magnoux 2013 par la Revue du Vin de France

11 mai, 2015

« Caractère floral et épicé exubérant, soutenu par une belle mâche savoureuse et une fraîcheur tonique qui lui permet de finir en beauté. Très cohérent. »

 RVF Juin 2014

Caviar français et des vins qui vont bien avec.

21 janvier, 2015

Le domaine Saint-Antonin, propriété familiale de 25 hectares, est situé sur la commune de Cabrerolles dans l’aire d’appellation Faugères, l’une des plus reconnues parmi les AOC du Languedoc. Cette appellation sur un magnifique terroir schisteux de paysages préservés et sauvages dont la superficie avoisine les 2100 hectares, regroupe sept villages. À taille humaine, elle est poussée par des vignerons passionnés et clairvoyants qui ont décidé d’améliorer leur vignoble en empruntant la voie « étroite » de la qualité.

La cuvée Magnoux tire son nom d’une vielle vigne de mourvèdre, base de cette cuvée Ce vin offre une grande concentration et un bel équilibre grâce notamment à son acidité, sa minéralité et des tanins d’une grande finesse. Le boisé est fondu et s’inscrit simplement en support. Le Magnoux 2011 s’annonce avec une robe rouge rubis profonde, aux reflets violines. Son nez s’ouvre sur des notes légèrement animales et avec beaucoup d’épices (cannelle, poivre), une touche de réglisse et un fruité noir, cassis mûr auxquels s’ajoutent des saveurs de garrigue. La bouche est généreuse et harmonieuse, menée par le fruit et les épices.

 Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, Janvier 2015

Cuvée Magnoux, un bon représentant de l’appellation Faugères

12 janvier, 2015

Frédéric Albaret à créé en 1994 ex nihilo un vignoble de 26 hectares dans le sud de la France sur la commune de Cabrerolles dans l’aire d’appellation Faugères, dont le sol de schistes imprime un style particulier aux vins de l’appellation. L’encépagement est classique, une proportion importante de Syrah est complétée par le mourvèdre, le carignan et le grenache. Les vendanges sont réalisées à la main et les extractions sont douces.

Magnoux 2010 et 2012

C’est un bon représentant de l’appellation dans ce millésime généreux mais équilibré. La note saline de la finale appelle une côte de bœuf grillée. Le 2012 est de la même trame dans un style un peu moins complet, mais avec le supplément de fraîcheur apporté par ce millésime plus frais. Le 2010 est à boire, le 2012, déjà ouvert, gagnera à patienter une année en cave.

Bettane et Desseauve, décembre 2014.

 Page 1 of 2  1  2 »